ASSOCIATION des CAPITAINES au LONG COURS et CAPITAINES de 1ère classe


MURMURES, Vingt ans dans l'après-guerre

Pierre Guillard
Préface Monseigneur André Lefeuvre Illustrations d'Henri Yvergniaux



Davantage simple témoignage de ce dont rêvaient alors quelques jeunes plus ou moins privilégiés, que tout autre chose, cette chronique de Pierre Guillard, Capitaine au long cours, lui permet de poser la question de savoir si l'espace des possibles dont disposait la jeunesse de l'époque a sensiblement changé, s'il ne s'est pas rétréci ou au contraire élargi ? Chaque génération ne se trouve-t-elle pas confrontée à des statuts obsolètes qui ne demandent qu'à être renversés ? L'après-guerre avait un arrière-goût de néant et de ruines. Cette jeunesse avait du mal à émerger d'une tendance suicidaire dans une république qui se désagrégeait. Selon l'auteur, perçait néanmoins un immense espoir, celui que malgré tout, la jeunesse peut toujours quelque chose sur l'avenir surtout si elle est solidaire et responsable.