ASSOCIATION des CAPITAINES au LONG COURS et CAPITAINES de 1ère classe

 

Sommaire du Bulletin N°58 (mai-juin juillet 2003)

 

 

L'Editorial du Président :

 

PAVILLON NATIONAL ET CABOTAGE

"Le Monde" (2/4) brièvement, "Le Marin" (4/4) plus longuement, ont fait état du rapport remis au Premier Ministre par le sénateur de la Charente Henri de RICHEMONT

"UN PAVILLON ATTRACTIF, UN CABOTAGE CRÉDIBLE "

" DEUX ATOUTS POUR LA FRANCE "

Les deux journaux se sont attachés plus à la lettre qu'à l'esprit dans lequel le Rédacteur a analysé les situations, décrit les mécanismes et présenté les options qui peuvent nous aider à nous remettre dans les mouvements européens et mondiaux.
Dans les deux domaines ces journaux et d'autres ont noté que ce rapport s'inscrivait dans une longue série, sous-entendant que les messages se suivent mais que les pratiques demeurent.
On ne peut ici entrer dans une discussion détaillée du Rapport. Je dirai seulement qu'il met à nu les hypocrisies contenues dans les démarches de Droite et de Gauche qui ont conduit à la création puis au maintien du fameux Registre TAAF. On a ainsi pu sauver les apparences et les positions de principe tout en ne remplissant pas les objectifs assignés.
Quant au Cabotage complétant et remplaçant la Route, il en note les rares succès construits sur des trafics sécurisés et appuyés sur des montages financiers solides et durables. En France seuls des industriels puissants (auto) ayant la pratique de moyens logistiques structurés ont pu créer ce type de situation.
Le Pavillon RIF (Registre International Français) proposé est séduisant et réalisable. Les coûts et les sacrifices demandés se situent dans une enveloppe accessible aux Parties concernées. Il serait toutefois nécessaire que chacun ne se livre pas à des interprétations hâtives et à son seul profit surtout dans lesdomaines sociaux et fiscaux. Il en ressort aussi l'importance des questions de recrutement et de formation des marins. La multidisciplinarité devient une nécessité tout comme la gestion des entrées et sorties tout au long des carrières ainsi que leur meilleure osmose dans la vie économique. On pourrait y ajouter le souci d'une meilleure insertion dans les courants éducatifs à tous les niveaux.
En ce qui concerne le Cabotage ou plutôt la mise en œuvre d'une complémentarité Route/Cabotage c'est l'organisation logistique, les règles sociales et les régimes portuaires qui sont impliqués. J'ajouterai que les décisions actuelles sont prises au vu du coût apparent du transport global pour les 3 parties opératrices :Chargeur, Transporteur et Client
En fait, il faudrait y intégrer l'ensemble des coûts indirects supportés par les collectivités qui doivent subir ce choix. Or, ces coûts ne sont qu'imparfaitement rendus par les péages et taxes surtout pour la Route.Une partie importante est supportée soit par d'autres usagers (voitures) soit par le Budget national et les Collectivités locales c'est-à-dire nos impôts, ce qui constitue d'ailleurs un accroissement des prélèvements sans amélioration du service.

    • NOUVELLES DE L'ASSOCIATION
    • INFORMATIONS
    • RENCONTRES - NOUVELLES DES SECTIONS
    • CHRONIQUES ET COMMUNICATIONS
      • Marine Marchande : La Sécurité en mer
      • Actualité maritime : Transport Maritime
      • Flashes
      • Pétrole : Retour russe dans le monde pétrolier
  • ALEXANDRIE: une escale mouvementée...
  • FIPOL/PRESTIGE