ASSOCIATION des CAPITAINES au LONG COURS et CAPITAINES de 1ère classe

 

Bulletin N°101 (avril-mai-juin 2012)

                                                                   EDITORIAL

Notre grand rendez-vous annuel, le congrès, fut particulièrement réussi en cette année 2012. Nous étions du 8 au 10 mai au Havre pour suivre l'excellent programme concocté par notre ami Jacques ERNAULT que je félicite et remercie sincèrement, au nom de tous, pour ses choix et la qualité des prestations qui nous ont été prodiguées. L'apothéose fut le dernier repas à la "Musardière", repas que l'on peut qualifier de pantagruélique et dont les convives garderont mémoire avec émotion. Ce repas suivait la visite du musée des Terre-Neuvas de Fécamp qui retrace de façon remarquable l'épopée de la "Grande Pêche'. Il est doté de nombreuses peintures marines et maquettes d'exceptionnelle qualité. Vous trouverez dans ce bulletin le compte rendu de notre assemblée générale, toujours rédigé avec talent et fidélité par notre secrétaire général "perpétuel", Pierre COLE.

Nous notons avec satisfaction que deux régions de notre association sont présidées par des C1NM, Bretagne Sud Vendée et Flandre Artois, ce qui pourrait être de bon augure pour l'avenir de notre association.

Lors des questions diverses, une question concernant la Confédération des associations de la marine marchande fut posée? Cette confédération est indispensable, nos  associations n'ayant pas d'effectifs suffisants pour intéresser les politiques alors que regroupées elles passent de 500 adhérents en moyenne (à l'exception des pensionnés qui dépassent les 20 000) à près de 30 000 personnes. Elle permet de rapprocher nos points de vue, de parler d'une seule voix sur les sujets vitaux  et d'entretenir des liens d'amitié.

Il est encore beaucoup trop tôt pour juger de l'effet du changement de gouvernement sur nos métiers et notre moribonde administration maritime. Souhaitons que la situation s'améliore  malgré la crise mondiale et nos problèmes spécifiquement français dont les conséquences sont catastrophiques pour les élèves qui ne trouvent pas les embarquements prévus dans leurs cursus. De même, certains  DESMM mettent plusieurs mois après l'obtention du diplôme avant de trouver un embarquement. Il devient impératif de redynamiser le pavillon français bis et de faciliter l'accès de nos navigants aux compagnies étrangères en leur facilitant les démarches administratives leur permettant de valider les services et en leur garantissant  une couverture sociale décente. Sinon nous risquons de perdre toute notre filière de formation d'officiers déjà bien mise à mal par les nouveaux programmes de la filière A qui tiennent plus compte du diplôme d'ingénieur que de celui d'officier de la marine marchande.

Le bon démarrage du nouvel opérateur sur le détroit, DREYFUS/DFDS, a permis de reprendre près d'un tiers des ex SeaFrance. Il faut s'en réjouir en espérant que ceux qui sont encore à la recherche d'un emploi retrouveront rapidement une activité si la situation du transmanche dans le Pas de Calais continue à se redresser. Du côté de la SNCM c'est toujours une grande inquiétude, car quelque  soit le résultat de l'appel d'offres pour la desserte de la Corse une réduction drastique des effectifs est à craindre.

Malgré ces sombres perspectives pour notre marine marchande, je vous souhaite une très heureuse période estivale avec une pensée très amicale pour nos collègues souffrants.

                                                                                              Bernard DATCHARRY

 

Nouvelles brèves :

Le prochain repas de la section Île-de-France est programmé pour le jeudi 18 octobre à

12 h 15 au restaurant de « La France Libre ».